ENTREVUES

De nos jours, comment se fait-il que nous soyons si stressés au point d'en être malades?
Une entrevue avec Sonia Lupien, spécialiste en neurosciences et auteure du livre Par amour du stress. Dre Lupien est aussi directrice du centre de recherche de l’Institut en santé mentale de Montréal (CRIUSMM) et fondatrice du Centre d’étude sur le stress humain (CESH).
Journaliste: Carole Boulé

Référence: PasseportSanté.net

Reportage de l’émission DÉCOUVERTE

Conférencière

Sonia Lupien est la fondatrice et directrice scientifique du Centre d’Études sur le stress humain (www.stresshumain.ca) qui a pour mission d’éduquer le public sur les effets du stress sur le cerveau et le corps en utilisant des données validées scientifiquement.

7 conférences qui ont pour but démystifier la définition populaire du stress et de décrire exactement les facteurs qui contribuent à augmenter le stress dans nos vies. 

ConférencES

Le stress au travail

Stress, travail et performance

Stress et mémoire

Stress, gestion et employés

Le stress et le gestionnaire

NOUVELLeS

Le stress des enfants et des adolescents

Le reconnaître pour mieux le contrôler

Stress et CIE

Stress et Cie

© 2009-2015 Sonia Lupien - Tous droits réservés - Notes légales

Livre: $24,95 taxes incluses
Administation et transport: $12 (ajoutés au moment de payer sur PayPal)
L'expédition hors Québec ajoute des frais, veuillez sélectionner votre option ici bas.

Les enfants actifs sont moins réactifs au stress


Les enfants qui s’adonnent à de l’activité physique de façon régulière sont en meilleure forme physique et mentale. Toutefois, les raisons entourant ces observations sont inconnues. Un groupe de chercheurs de la Finlande souhaitait savoir si l’activité physique avait un impact positif sur le système de stress et les niveaux d’hormones de stress. Les chercheurs ont mesuré le niveau d’activité physique et les niveaux d’hormones de stress (lors d’une journée régulière et en réponse à un stress psychosocial) chez un large échantillon communautaire d’enfants âgés de 8 ans. Les résultats démontrent que le groupe d’enfants avec un faible niveau d’activité physique a une plus grande réponse de stress lorsqu’exposé à un stress psychosocial. À l’opposé, le groupe qui pratiquait plus d’activité physique montrait une réponse de stress plus faible. L’activité physique n’a toutefois pas d’impact sur le niveau d’hormones de stress en l’absence de stress lors d’une journée régulière. Ces résultats suggèrent qu’une réponse plus adaptative à un stress pourrait expliquer les bénéfices démontrés chez les enfants qui pratiquent une activité physique régulière. Les auteurs discutent également du rôle important de l’activité physique comme tampon contre les stresseurs quotidiens.